La presse en parle

LONAY

L’épicerie associative de Lonay en fête

Journal de Morges/Gilbert Hermann 23.06.2017 09:06

 

Comme l’église, l’Épicerie de Lonay est au milieu du village. Et pour qu’elle y reste, des habitants se sont mobilisés quand, il y a dix ans de cela, l’épicier a décidé, pour des raisons économiques, de mettre la clé sous le paillasson. Pas de ça Ninette! ont dit Laurence Derungs, Patricia Blandenier Carrard et Rose-Marie Détraz qui, avec d’autres, se sont mobilisées pour assurer le maintien de ce commerce de proximité: «On trouvait dommage qu’il disparaisse. Nous avions plaisir à nous y retrouver pour discuter. Et il nous dépannait!»

S’ensuivit une mobilisation digne de celle de 14-18. Ou presque! Le sondage effectué auprès de la population ne fit que confirmer l’intérêt pour le maintien du commerce. Le contraire eut été surprenant! Mais cet intérêt se traduisit aussi par l’encaissement, en l’espace de quelques jours, d’une somme de 40 000 francs sous forme de dons et de prêts (entièrement remboursés en moins de deux ans). Des bénévoles mirent la main à la pâte pour réaménager le local.  Des entreprises offrirent leurs prestations. Gérée par une association que préside Laurent Venezia, l’Épicerie est portée sur les fonts baptismaux (la proximité de l’église justifie l’expression) en novembre 2007.

Solidarité

Depuis cette date, le commerce est exploité par une vingtaine de bénévoles qui s’engage à raison d’une demi-journée par semaine. Durant les week-ends et les vacances scolaires, des étudiants prennent le relais. Ils sont rémunérés. Tout comme la jeune fille qui assure le nettoyage, le mercredi après-midi lors de la fermeture hebdomadaire. «Cela représente  une charge salariale de l’ordre de 55 000 francs», indique Patricia qui tient les cordons de la bourse. Laquelle est aussi alimentée par les cotisations de quelque 80 membres. Le membre soutien crache 100 francs au bassinet. Cela qui en verse 200 ou 500 bénéficie de, respectivement, 5% et 10% de rabais sur ses achats. «Il y a des clients très fidèles qui ne veulent pas devenir membres et des membres que l’on ne voit jamais», constatent ces dames du comité optionnel.

Confessionnellement et politiquement neutre, l’association est sans but lucratif. L’intégralité des bénéfices est redistribuée à des œuvres à caractère idéal. Ainsi a-t-elle soutenu activement les sociétés locales et des actions humanitaires ou des projets régionaux ou internationaux qui vont dans le sens du développement durable et solidaire. L’association développe également la livraison à domicile en faveur des personnes handicapées ou à mobilité réduite.

Sur le long terme

À ce jour, tous les exercices ont été bénéficiaires. Celui de l’an passé fait toutefois exception: il a laissé un découvert de 3000 francs imputés à l’ouverture du magasin Landi et à la concurrence des shoops des stations-service. «Mais le comité a réagi vigoureusement, ce qui a entraîné l’adhésion de nouveaux membres et une courbe ascendante du chiffre d’affaires», se réjouit Patricia Blandenier Carrard.

A lire aussi: L’esprit woodstock s’invite à Apples

Le 10e anniversaire de l’association a fait et fera encore l’objet de plusieurs événements. Dont un apéritif populaire servi le vendredi 16 juin. Un sac à pain, un pain et des vins (dont les étiquettes ont été conçues par Nicole Goetschi Danesi, également auteure d’un «Epicédaire») ont été créés pour la circonstance. Et lors de la Semaine du Goût, l’association organisera un concours de gâteaux d’anniversaire. Miam!

«J’aimerai un pain du 100e anniversaire!»  Ce lapsus d’une cliente réjouit ces dames du comité opérationnel: il permet de penser que, comme l’église, l’Épicerie associative demeurera longtemps encore au milieu du village.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *